• Soweto est également la ville du grand Nelson Mandela. Il y a vécu de 1945 à 1964. C'est là qu'il s'est marié, d'abord avec sa première épouse, Evelyn, dont il divorça plus tard pour épouser Winnie, qui lui donna deux filles et un garçon qui mourra quelques années plus tard.

                                                                                                           clichttp://i39.tinypic.com/2rr3v34.jpg

     

    Aujourd'hui, l'une de ses filles est mariée au prince du Swaziland et l'autre s'occupe des œuvres de son père.

     

    Mandela sera envoyé au bagne de Robben Island (en face du Cap) de 1964 à 1999, soit 27 ans. A sa sortie de prison, il demandera à passer 11 jours dans sa maison de orlando à Soweto, avant de déménager ailleurs. 

    Il était très célèbre et il fallait le cacher pour qu'il se repose. Il divorça d'avec Winnie quelques temps après sa libération, pour se remarier avec Graça Machel, la veuve de l'ancien président mozambicain Samora Machel, mort dans un accident d'avion.

      

    Le domicile de Mandela à Soweto a été transformé en musée en 2005 et c'est un haut lieu touristique et historique.

     


    soweto (fin)
    envoyé par chevrette13. - Découvrez de nouvelles destinations en vidéo.

      

    Articles sur SOWETO déjà publiés voir sommaire 

     


  • Ambohimanga est le nom de l'une des douze collines sacrées qui entourent Antananarivo. Elle se situe à environ 15 km du centre d'Antananarivo. Ambohimanga signifie la Colline bleue.

     

    http://i1252.photobucket.com/albums/hh578/chevrette13/Madagascar/DSCN3161Copier_zpsd03a0f84.jpg

    Sur cette colline est édifiée l'ancienne cité, berceau du royaume merina, qui en sa qualité de ville sacrée était interdite aux vazaha (terme générique désignant les blancs et plus généralement les étrangers) et aux cochons.

    C'est dans cette ville que naquit le roi Imboasalama qui, après la conquête d'Antananarivo, devint le roi Andrianampoinimerina ou prince désiré par l'Imerina.

     

    Le haut mur qui protège le Rova fut érigé en 1847 à la demande de Ranavalona I. Selon un vieille technique de construction, les pierres sont jointes à l’aide d’un mélange de chaux et blancs d’œufs.

     

     

     

    Ranavalona Manjaka

    « Ranavalona souveraine », c’est le sens des initiales « RM » gravées dans le bronze du canon qui garde le chemin de ronde du Fidasiana

     

    LE ROVA

    Il contient la case d’Andrianampoinimerina. On peut lire une inscription “Ici a vécu et a régné le grand Roi Andrianampoinimerina, 1788-1810“. Cette case a été fidèlement conservée, seul la couverture de toiture originalement en chaume a été remplacée par des bardeaux

    La case abrite des objets personnels du roi - armes, porteries, conques tambour, talismans – et le vaste lit dans lequel il recevait tour à tour ses douze épouses


    1 commentaire
  • 1841 : les Français occupent l'île de Nosy Be, dont Hell-Ville, qui devient un comptoir commercial important de la côte ouest de Madagascar. 

    1865 : l'île compte environ 15 000 habitants. 

    Fin du XIXème siècle : Nosy Be est rattachée à Madagascar. 

    1920 : début de la récolte des fleurs d'ylang-ylang d'où son surnom de « l'île aux parfums ». 

    1960 : l'île se reconvertit dans le tourisme.

     

    Nous allons entrer dans une ancienne distillerie d'ylang ylang

     

    http://i1252.photobucket.com/albums/hh578/chevrette13/Madagascar/RSCN3079Copier_zpsb4340b06.jpg

    Les fleurs d'ylang-ylang (Cananga Odorata) sont récoltées tôt le matin dans les plantations ,chaque pied d'ylang-ylang peut produire de trois à quatre kilogrammes de fleurs par jour.

    Pour la distillation, des alambics en inox ou en cuivre sont utilisés. Les fleurs sont donc   plongées dans l'eau bouillante. On recueille les produits par condensation puis on sépare l'eau et les huiles essentielles par différenciation des densités.

    Il faut environ 50 kg de fleurs pour obtenir 1 litre d'huile essentielle.

     

     

    Il existe une trentaine de petits distilleurs artisanaux d'ylang-ylang sur l'île qui possèdent un alambic, dont les productions sont très variables. Une des difficultés rencontrées par ces petits producteurs est le renouvellement de leurs parcs d'alambics en cuivre qui se dégradent au fil des années.

    Pour beaucoup, ils n'ont pas les moyens d'investir dans un nouvel alambic.

     

     

     

     

    L'essence de fleurs d'ylang ylang est extrêmement réputée en parfumerie. Elle est à la base de « Poison » (Dior), « Air du Temps » (Nina Ricci) ou encore « Ylang et Vanille » (Guerlain)...

    Nosy Be exporte ainsi ses senteurs à travers le monde…


    1 commentaire
  • Furcifer pardalis est un caméléon  originaire de Madagascar et des îles avoisinantes. 

     Il est vrai que les mâles arborent de splendides couleurs. 

     

    http://i1252.photobucket.com/albums/hh578/chevrette13/Madagascar/DSCN3046Copier_zps0065f282.jpg

     La femelle est généralement d’une teinte variant du marron  ou gris au rose saumon uni avec des taches orange ou rouges.

    La femelle est ovipare et pond 15 à 30 œufs par couvée. Quand la femelle est réceptive, sa couleur varie du rose saumon au marron uni. 

    Par contre, si elle ne veut pas s’accoupler, elle prend des couleurs très vives.

     

    OPLURUS CYCLURUS

    Lézard malgache, faux Fouette-Queue, Iguane de madagascar

     Cet "iguane" de Madagascar est gris, avec des tâches plus claires blanches et gris clair,, une forme générale trapue et une queue hérissée de pointes, d’épines qui surprennent lorsque l’animal ne veut pas se laisser manipuler !

    Cet animal se trouve à l’état naturel dans des zones arborescentes plutôt que rocheuses et découvertes ainsi qu’on pourrait le croire tout d’abord.

    Il sait bien grimper et peut surprendre par ses facultés à se déplaçer en hauteur.

     


    2 commentaires
  • Suite de notre balade à la rencontre des lémuriens.

    On retrouve le maki catta mais aussi  le Sifaka de Decken (Propithecus verreauxi deckeni), un lémurien d'assez grande taille encore assez commun dans la région. 

     

    http://i1252.photobucket.com/albums/hh578/chevrette13/Madagascar/DSCN3028Copier_zps0b52d869.jpg

    Les différentes sous-espèces de Propithecus verreauxi sont toutes réputées pour leur façon de se déplacer sur leurs deux pattes lorsqu'elles sont au sol.

    Ce sont des lémuriens adaptés aux climats arides de l'ouest et du sud malgache, qui n'ont nul besoin de s'abreuver (l'eau présente dans leur alimentation suffit à leur métabolisme) et qui s'élancent d'épineux en épineux d'une façon surprenante, sans sembler se soucier des défenses naturelles des arbres.

    En effet, le cuir de leurs pattes est très robuste. 

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique