• Trois - Rivières (suite) - Guadeloupe

    Suite de la visite du Parc des roches gravées aux Trois rivières

     Les motifs représentent des visages seuls ou avec des corps voire des visages se superposant à la manière des totems, des forment géométriques ou encore des représentations animales. Leur fonction serait religieuse.

    la tortue, le cacique (chef de village)...

     le cacique

    Il s'agit d'un personnage au visage schématisé surmonté d'une sorte de coiffe, le corps marqué d'une croix et muni de deux sortes de crochets.

    Il représenterait dans la mythologie amérindienne un homme chauve-souris.

     

    http://i1252.photobucket.com/albums/hh578/chevrette13/Guadeloupe/IMG_4307Copier_zpsed4b8667.jpg

     

     

    "Les capitaines"

    Cette roche à l'origine se composait de trois parties.

    Depuis 1902 la partie droite supérieure est conservée au musée d'histoire naturelle de New-York. 

     

     

     

    A la suite de son premier voyage, Christophe Colomb savait par les Indiens Arawaks d'Hispaniola (actuelle Saint-Domingue et Haïti) qu'il y avait à l'Est des îles peuplées de guerriers mangeurs de chair humaine, les Caribas.

    C'est ainsi qu'il repartit le 25 septembre 1493 à la tête d'une importante flotte de 17 navires (dont la Santa Maria connue aussi sous le nom de la Maria Galanta, la Colina, la Gallega, la Santa Clara) sur lesquels étaient embarqués 1500 à 1700 hommes. Il fit une halte aux îles Canaries avant d'effectuer la traversée pour découvrir une première île, qu'il dénomma Dominica (La Dominique) car c'était le dimanche 3 novembre.

    Un navire y mouilla tandis que les autres continuèrent leur route. Ils rencontrèrent Maria Galanta (Marie-Galante), nommée ainsi en l'honneur du navire amiral; puis à la belle île qui pointait à l'horizon, ils donnèrent le nom de Guadalupe (la Guadeloupe) du nom de " Nuestra Señora de Guadalupe", un monastère en Extremadura, une province espagnole.

    En route pour l'île de la Guadeloupe, ils trouvèrent sur leur passage plusieurs îlots qu'ils appelèrent "Todos los Santos" (Les Saintes) pour commémorer la fête de tous les saints du 1er novembre.

     

      (Las Casas, Bartolomé, Historia de las Indias, tome 2, p. 448).