• TRAIN DE MANAKARA (2) Ranomena

    Plus loin après 38km; Ranomena est le début d’une descente de 20 kilomètres. Entre les traversées de 48 tunnels et galeries dont le plus important , là il y a tant de paysage à admirer: comme les collines boisées éclairées de quelques tâches claires qui s’étendent à 200 mètres en contrebas.

    Arrêt donc à Ranomena où les villageois vivent de la vente du bois et d'écrevisses sauvages.

    TRAIN DE MANAKARA (2) Ranomena

    Un cochon vient chercher quelques miettes et un caméléon se dore sur les rails en attendant que le train ne reparte.

     

    A savoir aussi que la majorité des gens qui viennent vendre à la gare  ne vivent ou survivent que parce qu'il y a le train et ses passagers !!

     

    Les ressources alimentaires issues des cours d’eau couvrent des besoins nutritionnels essentiels d’une alimentation parfois extrêmement pauvre en protéines, comme cela peut être le cas dans les forêts de l’Est malgache. Les peuples betsiléo de Madagascar collectent les écrevisses dans les cours d’eau forestiers, pour la consommation domestique mais aussi pour s’assurer un revenu lors de la vente sur les marchés alentours. Des recherches ont montré que la démographie des populations d’écrevisses peut s’adapter à la collecte. Plus l’espèce en question est collectée, plus elle se reproduit. La pêche s’organise également dans les rizières après la récolte du riz. Ce sont les enfants qui sont chargés de pêcher en groupe à l'aide de nasses.


    train Manakara (2) par chevrette13