•  

    Ce jardin couvre une surface de 4 hectares . Il a été créé pour exposer, interpréter de façon didactique, rechercher et reproduire la flore autochtone  de ce territoire où sont représentées plus de 75% des espèces du Parc National.

     

     

     Certaines espèces, comme la violette du Teide, ne parviennent pas à s’adapter à cette zone car elles nécessitent une plus grande altitude. Le jardin dispose d’un système de signalisation et est doté de laboratoires . On y  développe un programme de récupération d’espèces en voie de disparition.

     Le jardin est aujourd’hui homologué à niveau international et a pour but de soutenir ces projets de récupération d’espèces végétales menacées.

     


  • La Orotava est la ville la plus ancienne de l'île.

    On peut trouver encore de belles demeures dans le quartier historique. De nombreux balcons en bois décorent les façades. la Casa de los Balcones (maison aux balcons) est un exemple de l’architecture  de l’île.

    Dans cette maison se trouve le centre d'artisanat.

    On peut encore voir fonctionner un ancien moulin qui moud du "gofio".

     

     

    Le gofio est une farine de céréales grillées et moulues. C’est l’unique aliment provenant des aborigènes de l’île encore consommé de nos jours par les canariens. Le gofio d’autrefois s’élaborait généralement avec de l’orge mais aussi avec des racines et des fruits secs et récoltés. Un moulin manuel, consistant en deux vulgaires pierres circulaires qui tournaient l’une sur l’autre, était utilisé pour moudre ces ingrédients.

    Postérieurement, le gofio a gagné de nouvelles saveurs, principalement celles du blé et du maïs. Aujourd’hui, le gofio se mange dissous dans le lait au petit-déjeuner et pétri avec des ingrédients très différents (huile, eau, fruits frais comme la banane ou secs, miel, sucre...). 

     


  • En 1646 cent personnes furent tuées et quarante bateaux furent coulés lors d'un glissement de terrain.

     

    La fin de la période faste de Garachico fut provoquée en 1706 par l'éruption d'un cratère secondaire du Teide, le mont Pico Viejo. Il n'y avait pas eu de morts mais la ville fut recouverte en grande partie de lave, le vignoble avoisinant fut détruit et le port fut rempli avec de la lave. Après cet épisode les marchands se sont déplacés à Puerto de la Cruz.

     

     

     

    Sculpture de l'artiste japonais Kan Yasuda, dont le titre est "Tensei Tenmoku", ou "Porte sans porte", exposée sur l'esplanade du quai des pêcheurs

     

     


  • L'église de Santa Ana est divisée en 3 nefs et possède de nombreuses chapelles latérales.

    Lors de notre visite il y avait une exposition d'icônes.

    Non loin de là se trouve l'entrée de l'ancienne porte enterrée par l'éruption de 1706. 

     

    Cette place permettait de contrôler le va et vient des passagers et des marchandises dans le port.

    Avec le buste de Rafael Alberti on a crée le " Coin des Poètes" .

     


  • Garachico est une commune située dans le nord-ouest de l'île de Tenerife.

    La ville et le port de Garachico furent fondés juste après la conquête de Tenerife en 1496 par le banquier génois Christobal del Ponte. Au courant des XVIe et XVIIe s. Garachico devint le port le plus important de l'île.

     

     

     

    La place Plaza de Libertad est un point central des rendez-vous dans cette localité. Toutes les attraction touristiques sont situées près d’elle :

    l’ancien couvent franciscain Palacio de los Condes qui actuellement est l’hôtel de ville ainsi que l’église Santa Ana.

     

    Le couvent de san Francisco a été fondé par le génois Cristobal de Ponte.

    Le monastère a un étage auquel on y accède par un large escalier avec plafond à caissons. Il a été transformé en musée.