• MEYRARGUES (3)

    Après avoir serpenté dans ces collines , voilà l'heure de regagner le village par la voie qui grimpe au château ou par l'avenue de la Pourane. Un village tout simple, à peine surélevé pour ne pas souffrir des torrents descendus droit des vallons et survenant lors des orages. C'est ainsi que le Vallat, un grand ruisseau momentané, un oued, traverse la petite cité.

     

    MEYRARGUES (3)

     

    Il a été aménagé dans sa partie nommée "Fontaine d'Arbaud", avec un théâtre de verdure, des jeux d'enfants et un terrain de boules. C'est ici, explique-t-on, que le poète José d'Arbaud, natif de Meyrargues, s'adonnait à la promenade méditative.

     

    Le vieux village, détruit pendant les guerres de Religion et reconstruit au XVIIe siècle, se parcourt  donc dans le lacis des vieilles 

    rues nord-sud, étroites et pittoresques.