• La Roche-Guyon est le seul village en Ile-de-France à faire partie de l’Association "Les Plus Beaux Villages de France".

     

    En arrivant, c'est le château qui s'impose au regard du visiteur.

    Le château appartient depuis le XIIe siècle à la famille des La Rochefoucauld. Entièrement reconstruit, agrandi et embelli au XVIIIe siècle, le château, adossé à la falaise est relié au donjon médiéval qui le domine par un souterrain creusé dans la roche. Célèbre pour son histoire, le général Rommel y avait établi ses quartiers au cours de la seconde Guerre Mondiale. 

     

    La ROCHE-GUYON (Normandie)

     

    La fontaine

    Construite par Louis Villars, sculptée par Jamay, cette fontaine porte une plaque de marbre dont l’inscription latine peut se traduire par : "Cette eau amenée par le sommet des collines par différents canaux fut consacrée à l’utilité publique par Alexandre, duc de La Rochefoucauld, en 1742, sous la direction et les soins de Louis Villars, architecte".

     La Seine

    La largeur moyenne du fleuve est, à La Roche-Guyon, de 170 mètres.

     

    La Gabelle

      la Gabelle est le nom donné par les habitants du village au grenier à sel, créé par Louis XII en 1504.

     

    Habitation troglodytique

    Les nombreuses cavités creusées dans la falaise sont les anciennes "boves", à la fois étables et salpêtrières, utilisées et exploitées jusqu’à la fin du XIXe siècle.

    Ces cavités ont été utilisées, et le sont encore, comme habitations troglodytiques.

     


  • Site classé parmi "les plus beaux villages de France" Tourtour, village du Haut Var, domine une belle partie de la Provence

    TOURTOUR beau village des Alpes Martimes

     

    Le Portalet (  un passage voûté entre les maisons ancienne) appartient  à l'enceinte qui marque l'entrée de Tourtour...tout comme le vieux château datant du 12e.

    Nous arrivons ensuite sur la place des ormeaux où trône la fontaine de la trinité.

     Deux gros ormeaux ont poussé  durant des siècles et leur plantation remonte au passage d’Anne d’Autriche sur le village, en direction de Cotignac, lieu de son pélerinage.  

     

    On peut apercevoir également le château communal datant du 17ème siècle. On y trouve les services administratifs du village.

    Bernard Buffet  s'est installé au village en 1986 et Annabel, son épouse, a offert deux de ses sculptures au Village après sa disparition en 1999...

     

     

    TOURTOUR beau village des Alpes Martimes

     


  • L'abbaye du Bec-Hellouin

     C'est en 1060 que le chevalier Herluin, auparavant sous les ordres de Guillaume le Conquérant, fonda cette abbaye sur les bords de la rivière Bec, un petit affluent de la Risle. De nombreux érudits furent attirés par le lieu qui devient aux XIIe et XIIIe siècles un grand centre intellectuel. 

     

    Le Bec-Hellouin (2)

    La Révolution Française chassera les moines et l'armée prendra possession des bâtiments. Ce n'est qu'en 1948 que les moines bénédictins pourront à nouveau s'établir à Bec-Hellouin et organiser leur communauté dans ce lieu prestigieux.

     

    Aujourd'hui l'entrée de l'abbaye est libre. Une partie des bâtiments est néanmoins fermée à la visite car réservés à la vie monastique. Vous trouverez d'ailleurs une petite boutique dans laquelle les moines vendent leur production artisanale de faïences.

     

     

     

     


  • Entre Rouen et Lisieux, dans un paysage verdoyant de bocages et de pommiers, Le Bec-Hellouin est un village typique de Normandie aux maisons à pans de bois et balcons fleuris.

    Le Bec -Hellouin (Normandie)

     

    Il tient son nom du ruisseau qui le borde et du fondateur de sa célèbre abbaye qui, avec le monastère des Bénédictines, témoigne de l’intense activité religieuse du site.

     

    Nous allons tout d'abord découvrir l'enfilade de maisons à colombages colorés .

     

     

    Le Bec -Hellouin (Normandie)

     

    Ci dessous  un de mes articles sur Verdun

     

    http://chevrette13.eklablog.com/autour-de-verdun-a103061359


  • Le jardin d'eau

     

    En 1893, dix ans après son arrivée à Giverny, Monet achète le terrain qui voisine sa propriété de l'autre côté de la voie de chemin de fer.

     

    GIVERNY (2)

    Il est traversé par un petit cours d'eau, le Ru, une dérivation de l'Epte. Malgré l'opposition des voisins paysans qui craignent qu'il empoisonne l'eau en y plantant des végétaux bizarres, mais avec le soutien de la Préfecture, Monet y fait creuser un premier petit bassin.

    Dans une lettre au préfet de l'Eure, il déclare : "Il ne s'agit là que d'une chose d'agrément et pour le plaisir des yeux, et aussi d'un but de motif à peindre ; je ne cultive dans ce bassin que des plantes telles que nénuphars, roseaux, iris de différentes variétés qui croissent généralement à l'état spontané le long de notre rivière, et il ne peut être question d'empoisonnement de l'eau."

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique