• Après la descente du téléphérique, nous restons dans le parc du Teide.

    Nous nous dirigeons vers " los roques de Garcia". C'est une formation rocheuse étrange, des rochers de formes et de couleurs différentes .

     

     

    Le plus célèbre, est celui du Cinchado. Il s'agit d'une   ancienne cheminée volcanique, formant un monolithe de basalte situé à environ 2 100 mètres d'altitude, au sud-est du sommet du Teide. Il est situé à l'intérieur de la caldeira de las Cañadas. Sa célébrité provient du fait qu'il est présenté sur les anciens billets de mille pesetas.

     


  •  

     

     

    Déclaré parc national en 1954, le Parque Nacional de las Cañadas del Teide abrite un énorme cratère volcanique de 48 km de circonférence, duquel s’érige le Mont Teide, avec ses 3 718 m d’altitude qui font de lui le pic le plus élevé d’Espagne.

    Le téléphérique est la meilleure manière d’atteindre le point culminant.

    Allez hop pour la grimpette.... 

     


  • Le ciel que l’on peut contempler aux îles Canaries est l’un des plus obscurs et des plus transparents au monde.

    ci -dessous vue du Teide

     

     

    Aussi , des télescopes et d´autres instruments astronomiques de plus de 60 institutions de 19 pays sont installés à l´Observatoire du Teide (île de Tenerife) 

    Une autre curiosité, les jeux de couleurs dûs à des éruptions différentes espacées de siècles ou millénaires.

    Chaque éruption a laissé sa couche, sa couleur...

     


  •  

    Ce jardin couvre une surface de 4 hectares . Il a été créé pour exposer, interpréter de façon didactique, rechercher et reproduire la flore autochtone  de ce territoire où sont représentées plus de 75% des espèces du Parc National.

     

     

     Certaines espèces, comme la violette du Teide, ne parviennent pas à s’adapter à cette zone car elles nécessitent une plus grande altitude. Le jardin dispose d’un système de signalisation et est doté de laboratoires . On y  développe un programme de récupération d’espèces en voie de disparition.

     Le jardin est aujourd’hui homologué à niveau international et a pour but de soutenir ces projets de récupération d’espèces végétales menacées.

     


  • La Orotava est la ville la plus ancienne de l'île.

    On peut trouver encore de belles demeures dans le quartier historique. De nombreux balcons en bois décorent les façades. la Casa de los Balcones (maison aux balcons) est un exemple de l’architecture  de l’île.

    Dans cette maison se trouve le centre d'artisanat.

    On peut encore voir fonctionner un ancien moulin qui moud du "gofio".

     

     

    Le gofio est une farine de céréales grillées et moulues. C’est l’unique aliment provenant des aborigènes de l’île encore consommé de nos jours par les canariens. Le gofio d’autrefois s’élaborait généralement avec de l’orge mais aussi avec des racines et des fruits secs et récoltés. Un moulin manuel, consistant en deux vulgaires pierres circulaires qui tournaient l’une sur l’autre, était utilisé pour moudre ces ingrédients.

    Postérieurement, le gofio a gagné de nouvelles saveurs, principalement celles du blé et du maïs. Aujourd’hui, le gofio se mange dissous dans le lait au petit-déjeuner et pétri avec des ingrédients très différents (huile, eau, fruits frais comme la banane ou secs, miel, sucre...). 

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique