• AMBALAVAO l'école

    Plus d’un enfant malgache sur quatre exerce une activité économique, souvent au détriment de la scolarité, dont les frais sont trop élevés pour de très nombreuses familles. 

     

    - Un taux d’absence élevé, du à la longue distance qui sépare la maison de l’école, avec particulièrement les problèmes que ça pose en saisons des pluies.

    Si la pauvreté a légèrement diminué dans les villes ces dernières années, elle s’est accrue dans les zones rurales et est un frein certain à la scolarisation

     

    http://i1252.photobucket.com/albums/hh578/chevrette13/Madagascar/DSCN0878640x480_zpsb85a6a08.jpg

    Il existe de nombreuses écoles et établissements privés, confessionnels le plus souvent, relativement mieux équipés que les écoles publiques et qui accueillent un nombre grandissant d’élèves. Ce secteur privé entre en concurrence avec le secteur public.

     

    Arrêt devant l'église où des collégiennes en uniforme se sont bousculées pour la séance photo. Photos développées que nous leur avons envoyées.

     


    sortie de l'école Ambalavao par chevrette13

    Plusieurs religions, en particulier le culte des ancêtres, le catholicisme, le protestantisme, et l’islamisme cohabitent pacifiquement à Madagascar. En dehors de la religion traditionnelle, le pays compterait environ 40% de chrétiens, dont 60% sont des catholiques, qui se répartissent à travers 4 grandes églises ainsi que 200 000 musulmans, surtout implantés sur la côte ouest et dans la capitale.

    C’est aussi l’île aux ancêtres. Les Malgaches cultivent le souvenir et les traditions de peuplades venues d’Afrique, d’Indonésie et qui constituent 18 ethnies dont les coutumes fascinent les ethnologues.